nao architectes

nao c’est now, parce qu’il faut bien un début à tout . Même si elle n’est pas née de nulle part, cette société, cette envie de projets partagés, elle prend tout de même la forme d’un commencement, parmi d’autres, à une certaine étape de la vie cependant, avec les expériences passées, les choses que l’on souhaite conserver et celle que l’on veut changer, avec les perceptions du monde et les engagements qui évoluent. Et now c’est se dire qu’aujourd’hui nous souhaitons vivre en harmonie avec nos pensées, nos envies, et que celles-ci se tournent résolument chez nao vers une conception environnementale et humaine, sociale, pour les cadres de vie. nao porte cet optimisme comme une ligne de conduite, et c’est d’ailleurs ce qui a guidé son O. nao est une nouvelle agence (d’architecture) optimiste.

nao c’est aussi naoned, un des noms de là d’où nous partons, géographiquement tout du moins. N’y voyez aucun régionalisme même si nao aime trouver les accroches de ses projets dans leurs contextes. Et puis le lieu est aussi bien plus vaste que cela, il regroupe toute une ribambelle de facettes. nao aimerait bien savoir définir ce mot de territoire, et pourrait y consacrer sa vie, tant elle y voit un espace complexe, lui- même d’un nombre infini de dimensions, un concept à géométrie variable, dont les propres échelles internes interagissent : des vastes systèmes aux plus petits fragments.

C’est pourquoi nao aime aborder toutes les échelles de projet, de la moindre petite pousse végétale entre deux pavés à la réflexion territoriale (entendue communément comme l’étude des grands territoires). Dans toutes les situations, nao aborde le projet par une étude de ces contextes multiples dont la pluralité enrichit le dialogue. La composante sensitive de l’espace n’est pas laissée de côté, bien au contraire, puisque la finalité de chaque projet réside dans la qualité de vie de ses usagers, les Hommes, les Femmes et les organismes vivants, organismes réceptifs à la surface de la Terre, mais aussi consommateurs et acteurs locaux.

nao est donc située dans son temps et son espace, son histoire avec ses problématiques propres. L’optimisme de nao est environnemental, nao ne considère plus l’écologie ou l’environnement comme un courant politique mais comme des composantes transversales et intrinsèques à chaque sujet, comme un prisme pour toute décision, dans l’objectif fondamental de notre métier : la qualité des territoires à vivre. Cette qualité de vie ne peut être considérée autrement que comme globale, avec toutes ses composantes, la santé collective, le développement économique, les relations sociales, humaines, les qualités d’espaces et de déplacements, etc.

Un des maître mot de cette approche environnementale est local. Le local sous toutes ses coutures : des acteurs, de la programmation à l’usage, en passant aussi bien par les constructeurs que les ambianceurs d’aujourd’hui et de demain ; des matières, matières à projet, matériaux, le concret palpable et tangible ; les sous-jacents, la culture, la mémoire, les structures de la pensée. nao considère cette pensée comme un cheminement, selon une méthode systémique et itérative, adaptable dans le temps et dans l’espace. Ainsi de proche en proche, l’Histoire, le projet se construit en se déroulant comme un fil.